[CONCOURS] Peux-tu me voir? (Libby Scott & Rebecca Westcott)

A la veille d’entrer au collège, Tally est en proie à de nombreuses inquiétudes. Sera-t-elle dans la même classe que ses trois meilleures amies? Ne va-t-elle pas se perdre dans les couloirs de ce bâtiment inconnu? Comment supportera-t-elle l’uniforme qui la gratte et les chaussures qui la serrent? Ne risque-t-elle pas de piquer une crise dès qu’un professeur lui parlera d’une façon trop autoritaire? Parviendra-t-elle à s’adapter malgré son autisme?

[CONCOURS] Peux-tu me voir? (Libby Scott & Rebecca Westcott) Lire la suite »

[RIGA] Nos 10 coups de ♥︎

1. L’app Bolt pour se déplacer. Le site des transports en commun locaux est assez peu user friendly, surtout si vous ne parlez pas letton et n’êtes pas familier avec la géographie de la ville. Et il n’y a pas de métro: juste des bus, des trams et des trolleys dont le trajet et la fréquence ne vont pas forcément vous arranger. En revanche, un trajet en Bolt depuis le quartier Jugendstil jusque de l’autre côté de la Daugava coûte… moins de 4€ dans un véhicule privé confortable. Un transfert depuis l’aéroport jusqu’au centre-ville: 12€ environ.

[RIGA] Nos 10 coups de ♥︎ Lire la suite »

[RIGA] Où nous lâchons la bride à notre Sheldon Cooper intérieur

Notre avion quittant Riga en milieu d’après-midi, nous pouvons nous permettre une dernière activité ce matin et un vrai repas au resto ce midi. Chouchou aimerait retourner au musée d’Art Nouveau pour faire des photos de moi en robe dans certaines des pièces (lors de notre première visite, je portais un pull et un legging), mais je plaide en faveur du musée du train letton, et comme il aime les trains autant que moi, il se laisse convaincre sans trop de difficultés.

[RIGA] Où nous lâchons la bride à notre Sheldon Cooper intérieur Lire la suite »

[RIGA] Où deux athées introvertis passent une excellente journée avec un croyant extraverti

Au bout d’une heure, nous franchissons la frontière lithuanienne. Les champs cultivés succèdent aux forêts, et au bout d’une heure supplémentaire, nous nous garons sur le parking de la Colline des Croix. Cette modeste butte de terre, jadis occupée par un petit château, est désormais couverte de centaines de milliers de croix catholiques. Erigées pour commémorer les victimes de la rébellion contre les autorités russes en 1831 puis en 1863, ces dernières ont été retirées par l’union soviétique, sont réapparues, ont été brûlées dans un curieux incendie en plein hiver, sont réapparues de nouveau, ont été bénies par le Pape Jean-Paul II et n’ont cessé de se multiplier depuis. Les gens viennent du monde entier pour déposer ici une croix petite ou grande dans laquelle ils ont placé leur foi, leur chagrin ou leurs espoirs.

[RIGA] Où deux athées introvertis passent une excellente journée avec un croyant extraverti Lire la suite »

[RIGA] Où je sacrifie modestement aux divinités du shopping

Nous nous rendons ensuite à pied au marché central, installé dans une série de grands hangars qui abritaient autrefois des zeppelins. Tous les guides et les sites de voyage citent cet endroit comme un lieu incontournable à Riga, mais j’avoue que je peine à comprendre pourquoi. La moitié des étals ont le rideau baissé, et les autres ne sont pas spécialement avenants. L’odeur des deux halles respectivement dédiées à la boucherie et à la poissonnerie me soulève le coeur. Je ne vois nulle part les fruits et les légumes que j’espérais prendre en photo. Bref: nous fuyons assez vite.

[RIGA] Où je sacrifie modestement aux divinités du shopping Lire la suite »

Retour haut de page