La semaine en bref #296

Lundi:

★ La nouvelle éditrice de deux de mes séries en cours m’informe que malheureusement, les tomes suivants vont tomber à un mois d’intervalle. Comme le public les attend depuis longtemps, elle veut publier les deux bouquins aussi vite que possible; par conséquent, je vais choisir lequel des deux je veux traduire puisque je ne pourrai pas faire les deux simultanément.

★ Je lui réponds qu’un mois de décalage me laisse tout à fait le temps de finir le premier avant d’enchaîner sur le second, et que si elle en doute, elle n’a qu’à demander à l’éditrice précédente de confirmer mes états de service. Silence au bout de la ligne. 30 ans de métier, et je sens que ma communication n’est toujours pas au point. Mais que dire d’autre? A la vitesse où je bosse, j’ai bel et bien le temps de faire les deux, et j’adore les deux séries, donc je l’aurais mauvaise qu’on m’en retire une sans nécessité.

Mardi:

★ On regarde « Elementaire », le dernier Pixar : une histoire de fille qui doit s’affranchir des attentes de son père codé asiatique. Après « Alerte rouge », une histoire de fille qui doit s’affranchir des attentes de sa mère expressément asiatique, et « Encanto », une histoire de fille qui doit s’affranchir des attentes de sa grand-mère latina, je peux dire que j’en ai marre de voir tout le temps le même film (quoi qu’avec des personnages d’origines ethniques diversifiées, ce qui est toujours chouette)?

Mercredi:

★ La nouvelle éditrice de deux de mes séries en cours me répond banco et me soumet un planning de remise prévisionnel que je suis tout à fait en mesure de tenir – hourra! Elle propose également de lancer les contrats tout de suite, mais je réponds que rien ne presse, essentiellement parce que je ne veux pas gonfler artificiellement mon chiffre d’affaires pour l’année 2023. Je n’ai donc plus qu’un mois de « vide » jusqu’à mi-mai 2024. Voilà qui est extrêmement satisfaisant. (Et qui risque de poser problème quand arrivera la VO du tome 4 de ma série de cosy mystery, mais je traverserai ce pont une fois que je l’aurai atteint). (Traduction: un texte n’est réellement tombé qu’une fois qu’il est tombé, et jusque là, je ne me ferme aucune porte.)

★ Après s’être couchée plus tard que d’habitude pour cause de spectacle, Mamie est trop excitée pour arriver à s’endormir, puis se réveille plusieurs fois dans la nuit – d’abord parce qu’elle a froid, puis parce qu’elle a chaud mais pas comme il faut, puis parce qu’elle a trop chaud. La périménopause, ce boot camp de la cinquantaine.

Jeudi:

★ Bloquée dans le couloir avec ma table à puzzle occupée qui ne passe pas à l’horizontale, je m’entends appeler Chouchou à l’aide avec la voix de Iago et un sonore: « Jafar, chui coincé! ». Une heure plus tard, au lieu de dormir, on est en train de discuter de la disparition des méchants dans les Disney et de nos méchants préférés. Pour moi, c’est Madame Mim ex-aequo avec Jafar, justement. Comme on a revu « Merlin l’enchanteur » il n’y a pas longtemps, on convient de se refaire « Aladin » un de ces quatre. Et on rêve de remix des classiques de Disney où les méchants, ces êtres incompris, gagneraient à la fin.

Vendredi:

★ Après la débâcle du manteau-redingote l’an dernier, je m’étais juré de ne plus jamais commander chez Linen Naive. Et puis j’ai fini par craquer pour une robe en laine de leur collection d’automne qui, à mon avis, m’irait parfaitement. Problème: un mois plus tard, ils n’ont toujours même pas commencé à la fabriquer. Et je trouve ça hyper malhonnête de ne pas annoncer sur le site quels modèles sont en stock ou pas. Donc, j’annule ma commande, je réclame un remboursement et je me désabonne de leur compte Instagram pour ne plus être tentée.

Samedi:

★ Il y a dix jours, dans un élan d’optimisme dû à l’arrivée de l’automne, je me suis inscrite à un atelier couronne de fleurs. Ce matin, je n’ai absolument aucune envie d’y aller. Mes deux dernières tentatives pour participer à ce genre d’événement de groupe (céramique en septembre 2020, avant que j’aie mon diagnostic d’autisme et que je puisse poser un nom sur le phénomène, et punch needle en novembre 2021) se sont soldées par d’horribles meltdowns. Mais qu’est-ce qui m’a pris?

★ Du coup, j’hésite à zapper complètement le truc, puis traîne les pieds au maximum pour me préparer. J’en arrive à décider que je dois absolument porter ma jupe Son de Flor olive, qui est très très froissée. En me voyant sortir le fer à repasser (instrument que je manie avec à peu près autant de naturel et d’expérience que le harpon sous-marin), Chouchou éclate de rire. Lui aussi, il est expert dans l’art de procrastiner, et il sait reconnaître une manoeuvre désespérée.

★ Le plus beau, c’est que quand j’arrive à la boutique qui organise l’atelier, je découvre posés sur la grande table des cerceaux métalliques deux fois plus grands que ma tête. Je croyais confectionner un accessoire pour nos shooting photos; en fait, il s’agit de fabriquer un truc à accrocher au mur. Dans Donjons & Dragons, on appellerait ça un fumble, ou échec critique.

★ Miraculeusement, tout se passe bien. Pour me récompenser, je vais déjeuner d’un dolsot bibimbap au Bap & Dak, puis m’offre deux bouquins à la librairie Flagey avant de rentrer passer l’après-midi sur mon puzzle. Pendant ce temps, Chouchou shoote les cosplays et soutire une dédicace à Simon de Thuillières au salon Made in Asia (beaucoup trop mondu pour moi).

Dimanche:

★ Des années que j’en parlais sans réussir à concrétiser: en 2023, enfin, on réussit à aller prendre des photos dans un verger en automne. Même s’il fait encore une météo estivale avec grand soleil et ciel sans nuages alors que j’espérais une douce lumière dorée, voire un ciel couvert et une atmosphère moody. Billet dans le courant de la semaine prochaine.

1 réflexion sur “La semaine en bref #296”

  1. Le « Jafar, chuis coincé !! » m’a tellement fait rire parce que je vois exactement comment la scène pourrait se jouer ici (avec la même planche à puzzle) 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut