La semaine en bref #222

Lundi:

★ 220 balles pour changer la vitre du vieil iPhone 11 de Chouchou, dont j’ai pété un coin en le laissant tomber quand je jonglais avec tous mes appareils à la sécurité de l’aéroport? A ce prix, Apple peut aller se cuisiner l’arrière-train dans du caramel au beurre salé.

Mardi:

★ Chouchou emballe son vieil iPhone dans la coque de protection que j’aurais dû acheter dès le départ, teste et commente: « Il faut appuyer plus fort sur l’écran maintenant, ça conviendra très bien à ta… gestuelle percussive ». Moi: « …Je tape comme un gros bourrin d’habitude, c’est ça? ». Lui, très aimablement: « Tout à fait ».

★ Après avoir fouillé vainement la corbeille de ma boîte mail et le disque dur de mon MacBook en quête du texte dont je suis censée entamer la traduction, je me dis que ça devait être un WeTransfer et que j’aurai oublié de l’enregistrer. Chouchou demande s’il peut regarder. Je proteste qu’il me prend vraiment pour une nouille mais lui passe mon laptop. 30 secondes plus tard, il a retrouvé le fichier. Pour la sauce, j’aime bien cacio & pepe, mais je ne suis pas en position d’avoir des exigences.

Mercredi:

★ La saison 2 d’ « En thérapie » commence par une histoire de procès qui ne tient pas debout et se poursuit avec la réapparition du couple insupportable de la saison 1. Vais-je tenir jusqu’au bout?

Jeudi:

★ Je suis très déraisonnablement irritée de devoir utiliser des guillemets français pour les dialogues de ma nouvelle trad. Aucun autre éditeur ne m’en a jamais demandé, et ça me fait saigner les yeux. Ma contrariété est telle que je ne fous rien de la journée. Oui, j’ai atteint le stade où un signe de ponctuation peut bouffer toutes mes cuillères d’un coup.

Vendredi:

★ Faute d’inspiration pour trouver un nom de bar à ongles avec un jeu de mots dedans, je sollicite mes chers collègues sur notre groupe Facebook d’entraide. Les propositions débiles pleuvent. « La case de l’ongle d’homme (pour les manucures spéciales messieurs) », « Ongle et deux boeufs (mais ce serait mieux si l’endroit servait aussi des grillades) », « Messieurs les ongles, hé! Tirez les premiers », « A deux mains si vous le voulez bien », « Emma-nucure (mais faut que la patronne s’appelle Emma), « Ongle mort (mais c’est pas très vendeur) », « Clair de lunule (à Maubeuge) », « Polichi Nails », « Colo Nails (pour les villes de garnison) ». Rien d’utilisable dans le lot, mais j’ai bien rigolé.

★ On retourne au Black Sheep pour la première fois depuis le début de la pandémie. Les grands menus plastifiés de jadis ont cédé la place à des feuilles de papier format A4 écrites si petit qu’on doit utiliser un iPhone en guise de loupe pour les déchiffrer. Je me sens vieille.

Samedi:

★ Dans le bus, on est agressés par un hurluberlu qui trouve qu’on ne s’est pas poussés assez vite pour le laisser descendre. Il insulte Chouchou en lui postillonnant dessus à 10 cm (bien sûr, il ne porte pas de masque) et le menace physiquement avec beaucoup de virulence. Je suis hyper choquée, à deux doigts de faire demi-tour alors qu’on a prévu toute une expédition cet après-midi.

★ (En plus j’ai mes règles et comme d’habitude depuis que j’ai arrêté mon traitement contre l’endométriose, c’est un douloureux carnage.) (Et puis le métro pile deux fois en plein tunnel, me projetant sur Chouchou assis en face de moi et me filant la gerbe.) (Et puis quand on débarque du train à Hasselt, il pleut, il vente et je me gèle les noix avec ma tenue trop légère.)

★ On parvient quand même à se traîner jusqu’au jardin japonais que Chouchou connaissait mais pas moi. On avait déjà tenté de venir ensemble une fois, il y a quelques années, mais il était en travaux. Par chance, la météo s’améliore peu après notre arrivée et on arrive à faire une assez bonne séance photo. La promenade autour des étangs artificiels est agréable, et prendre l’air après dix jours enfermés à la maison nous fait du bien.

★ Dans le fond, trois food trucks vendent des yakitori, des karaage, des gyoza et quelques douceurs sucrées. Je me laisse tenter par une gaufre en forme de poisson qui se révèlera pas assez cuite, ainsi qu’un dorayaki industriel assez infâme. De son côté, Chouchou manque perdre une dent en croquant dans un mochi congelé à coeur. Mais le matcha chaud est correct et on s’amuse bien: c’est l’essentiel.

Dimanche:

★ Chouchou a prévu de longue date un shooting en studio avec une modèle, une designeuse et des accessoires très encombrants auxquels j’ai failli apprendre à voler plusieurs fois alors qu’ils transitaient par chez nous. Je voulais en profiter pour faire un truc de mon côté, genre aller voir l’expo Charlotte Perriand au Design Museum, mais mes règles hémorragiques du jour 2 en décident autrement: ce sera 28 aller-retour entre le canapé et les toilettes, en bénissant Fempo pour les culottes géniales qui à tout le moins contiennent les dégâts.

★ Quand même… Plus de 38 ans d’activité inutile, et mon utérus refuse toujours de faire valoir ses droits à la retraite. Je crois que ce connard est macroniste. (Je crève de mal putain achevez-moi.)

N’oubliez pas que vous avez jusqu’à demain soir pour gagner un exemplaire de « Peux-tu me voir? ».

3 réflexions sur “La semaine en bref #222”

  1. Nouvelle ambition dans ma vie arriver à caser l’expression »se cuisiner l’arrière-train dans du caramel au beurre salé. » dans une conversation xD.

    Chouchou est excellent avec ses répliques. La rubrique des conversations absurdes fait partie de mes préférées 🙂 .

    Courage à toi pour les règles hémorragiques. Sur instagram j’ai vu une réflexion sur l’expression « avoir des couilles » synonyme de courage. Qui comparait avec tout ce que fait un utérus en comparaison c’était pas mal tourné. Donc tu as « de l’utérus » 😀 (même si dans ces moments-là on s’en passerait bien).

  2. Je retiens l’expression de gestuelle percussive, je sens que je vais réussir à la placer à un moment des plus opportuns.

  3. Conseil règles douloureuses et endométriose : l’électro stimulateur de kiné (comme le livia mais les non rose et mignon moins chers font très bien l’affaire – et on peut s’en servir pour les douleurs musculaires); le cbd marche bien sur moi aussi; le tout en complément des antidouleurs, ne rêvons pas. Mais ça aide bien à diminuer la dose.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour haut de page