« Mémoires de la forêt: Les souvenirs de Ferdinand Taupe » (Mickaël Brun-Arnaud)

Dans la forêt de Bellécorce, au creux du chêne où Archibald Renard tient sa librairie, chaque animal peut apporter le livre qu’il a écrit et espérer qu’il soit un jour acheté. Depuis que ses souvenirs le fuient, Ferdinand Taupe cherche désespérément à retrouver le récit de sa vie, afin de se rappeler les choses qu’il a faites et les gens qu’il a aimés. Il en existe un seul exemplaire, déposé à la librairie il y a des années. Mais justement, un mystérieux client vient de partir avec… À l’aide de vieilles photographies, Archibald et Ferdinand se lancent sur ses traces en forêt, dans un périple à la frontière du rêve, des souvenirs et de la réalité.

Pour avoir assisté à sa gestation sur Instagram, j’attendais avec impatience ce premier tome des « Mémoires de la forêt » qui réunissait a priori tous les ingrédients d’une lecture-doudou. Un héros renard ET libraire, des personnages secondaires aux noms fantaisistes, une profusion de tasses de thé et de petits gâteaux, et puis cette quête touchante qui m’intéressait d’autant plus que la mémoire est un de mes centres d’intérêt principaux… Sans parler, bien entendu, des magnifiques illustrations de Sanoe qui émaillent les pages.

Une fois mon exemplaire en mains, j’ai tenté de l’économiser: par les temps qui courent, les histoires réconfortantes sont si rares et si précieuses! Mais j’avoue qu’arrivée à la moitié, je n’ai plus pu me retenir. J’ai dévoré d’un trait tout ce qui me restait, et terminé ma lecture en larmes d’émotion. La maladie d’Alzheimer, ici romancée sous le nom d’Oublie-tout, était un sujet sensible et très casse-gueule. Mais un sujet que Mickaël Brun-Arnaud connaît bien pour avoir été neuropsychologue spécialisé en gérontologie avant de devenir libraire puis écrivain. Il le traite ici avec beaucoup de douceur, un regard infiniment bienveillant sur les malades, un point de vue presque poétique et une sagesse impressionnante chez quiconque d’autre qu’un bonze centenaire.

Malade de l’Oublie-tout, Ferdinand Taupe était devenu une sorte de voyageur temporel, voguant entre les époques comme on passe d’un chapitre à l’autre du grand livre de la vie. Alors, quand il était égaré dans un de ces nombreux voyages, Archibald lui lançait des cordes pour qu’il revienne petit à petit, sans jamais le brusquer. (…) Archibald vous mentirait s’il vous disait qu’il n’avait pas parfois envie de secouer son ami comme un pommier pour en faire tomber les pommes du souvenir! D’ailleurs, il le faisait de temps en temps, omettant que rien n’était la faute de Ferdinand, qu’il ne le faisait pas exprès; ensuite il s’en voulait. Dans ces moments-là, pour se faire pardonner, il donnait des guimauves à la taupe ravie qui, ayant déjà oublié, le regardait avec les yeux de l’amitié. Oui, s’il y avait une chose que le librairie avait comprise, c’est que la maladie de Ferdinand était comme l’épi indiscipliné qu’il avait sur la tête. Peu importait le nombre de fois où on le remettait en place, il finissait toujours par revenir.

Malgré la gravité de ce thème central, l’humour et la légèreté ne sont jamais oubliés. On sourit et on glousse beaucoup en lisant « Les souvenirs de Ferdinand Taupe »: le béguin inavoué de Marie-Camomille Chouette, les surprenantes tartines Cocotte d’Elizabeth Poule, les piques discrètes et jamais méchantes que l’auteur dissimule de-ci de-là, l’ego démesuré de la libraire intérimaire Violette Souris… On se laisse gagner par la folle tendresse qui émane de chacune de ses pages, et après l’avoir refermé, on n’a plus qu’une envie: trouver la forêt de Bellécorce pour devenir l’ami.e de ses habitants. Ou à défaut, se jeter sur le tome 2 dès qu’il paraîtra.

2 réflexions sur “« Mémoires de la forêt: Les souvenirs de Ferdinand Taupe » (Mickaël Brun-Arnaud)”

  1. Merci, grâce à toi je connais ma prochaine lecture « doudou ». L’illustration de la couverture me fait penser à la douceur de la famille souris de Kazuo Iwamura. Je ne suis jamais déçue de tes conseils de lecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour haut de page