10 things I love Wednesday #167

1. L’expo Elliott Erwitt. Originaire d’Europe mais américain de cœur, Erwitt est un artiste polyvalent, capturant à la fois l’intime, le journalistique, et le publicitaire. Sa lentille a immortalisé des moments emblématiques et des personnalités telles que Marilyn Monroe, Jackie Kennedy, Charles de Gaulle, et Ernesto « Che » Guevara. Son regard unique mêle subtilement humour et émotion, capturant ainsi la quintessence de la vie quotidienne. Un agréable et hétéroclite mélange d’oeuvres de commande en couleur et de photos personnelles en noir et blanc. Jusqu’au 5 janvier 2025.

2. Mon nouveau gilet long Promod. Acheté pour remplacer le Naf-Naf décédé récemment, il est très enveloppant, super douillet, actuellement à -30%, et IL A DES POCHES.

3. « Silence d’amour » de Matthieu Parciboula. Paul est dévasté. Six mois qu’il vit en pilote automatique, terrassé par une terrible tristesse. Il vient de perdre Sofia, l’amour de sa vie. Il n’a plus envie de rien. Lyon lui est devenue complètement insupportable. Un vieil ami, inquiet face à ses nombreux appels restés sans réponse, lui propose de venir le voir en Toscane pour tenter d’apaiser son chagrin. Après quelques hésitations, Paul accepte ce voyage, qui lui fera traverser la Provence, la Toscane et finira à Stromboli, île volcanique au large de la Sicile et lieu de naissance de Sofia. Peut-être reprendra-t-il alors goût à la vie? Un roman graphique lu sur le conseil de ma libraire.

4. Les Eton Mess d’Hotel Chocolat. Des pralines modelées sur la recette du dessert anglais éponyme. Je suis fan de chocolat blanc, de fraise et de meringue, et je les trouve à se damner. Hélas, la marque ne fait pas la livraison internationale. Il va falloir retourner au Royaume-Uni pour nous fournir. Quelle énorme tristesse.

5. La dernière (?) de Waly Dia. Parce que « Nicolas Sarkozy, c’est la punaise de lit de la politique » m’a fait pleurer des larmes de rire alors que j’avais plutôt envie de pleurer des larmes de rage. Le mec est vraiment très fort, et je me réjouis de retourner le voir sur scène en décembre.

6. Amandine Lourdel, ma plus récente découverte en matière d’humoristes. Si j’étais à Paris en ce moment, elle aussi, j’irais volontiers la voir en spectacle.

7. « The Fellowship of Puzzlemakers » de Samuel Burr. Clayton Stumper might be twenty-five years old, but he dresses like your grandad and drinks sherry like your aunt. Abandoned at birth on the steps of the Fellowship of Puzzlemakers, he was raised by the sharpest minds in the British Isles and finds himself amongst the last survivors of a fading institution. When the esteemed crossword compiler, Pippa Allsbrook, passes away, she bestows her final puzzle to him: a promise to reveal the mystery of his parentage and prepare him for his future. Yet as Clay begins to unpick the clues, he uncovers something even the Fellowship have never been able to solve – and it’s a secret that will change everything. J’ai acheté ce roman sans en avoir entendu parler, juste parce que sa couverture et son titre me faisaient de l’oeil sur la table d’une librairie. Je ne l’ai pas regretté: l’histoire était originale et charmante.

8. La maison du roi citrouille de « L’Etrange Noël de Monsieur Jack » en faux Lego.

9. Les mondes à la carte de Charlotte Bourrus. Des créations tout simplement sublimes, avec un prix à la hauteur. Heureusement que la dame ne s’est pas encore penchée sur le cas d’Edimbourg, sinon j’aurais été obligée de casser ma tirelire.

10. Le savon liquide Polar Lights de The English Soap Company. Vegan, enrichi à l’aloé vera et à la vitamine E. Je suis incapable de dire ce que ça sent, mais j’adore l’odeur. A Bruxelles, on peut le trouver chez Rose.

1 réflexion sur “10 things I love Wednesday #167”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut