La semaine en bref #321

Lundi:

★ Cette nuit, j’ai fait un très long rêve désagréable. J’étais à une retraite créative en Espagne; dès le premier soir, le reste du groupe me prenait en grippe parce que j’étais allée dormir au lieu de faire connaissance; le lendemain, je m’apercevais que je n’avais jamais reçu la liste de matériel à apporter et que je n’avais rien de ce qu’il fallait; l’hôtel était nul, il n’y avait presque rien à manger ni pour le petit déjeuner ni pour le dîner et la vaisselle était toujours sale. Bref, je n’ai pas bien dormi.

★ Par ailleurs, je n’ai pas le droit de boire de thé avant mon examen, et comme ma routine matinale s’en trouve perturbée, je ne sais plus si j’ai pris mon anti hypertenseur ou pas. Un excellent début de semaine, donc.

★ L’IRM cardiaque. 45 mn immobile dans un tube qui bourdonne super fort, à devoir retenir votre respiration de 10 à 20 secondes environ deux fois par minute. L’horreur pour quelqu’un qui souffre d’hyperacousie, comme moi. Mais je suis tombée sur des techniciennes et une docteure très sympas, et surtout: au final, mon coeur se porte bien. Reste que toutes mes cuillères du jour y sont passées, et probablement une partie de celles de demain aussi.

Mardi:

★ Réveillée par le doux chant des tronçonneuses: aujourd’hui, c’est l’entretien semestriel des espaces verts de ma résidence. Ca m’apprendra à m’être endormie sans mes précieux bouchons d’oreille.

★ Révision annuelle du râtelier: check. Je kiffe toujours autant ma dentiste (et ce d’autant plus qu’elle ne me fait pas mal et ne m’a jusqu’ici annoncé que des bonnes nouvelles).

★ Les deux premiers rendez-vous de mon marathon médical de mars sont derrière moi. Je trouve que ça mérite une part de tropézienne comme récompense d’étape. Ca tombe bien: mon fournisseur habituel est tout disposé à m’en vendre une avant que je prenne mon TER de retour.

Mercredi:

★ Je viens d’attaquer ma journée de travail quand j’entends un concert de cloches et un choeur de « mêêê » dehors. Je lève la tête. Une femme et un chien courent sur la route en bas de chez moi. Et derrière eux… Une marée de toisons bouclées lancées à fond de train. Ma perplexité est grande. Qu’est-ce que ces moutons foutent là? Vers quoi courent-ils ainsi? Quels sont leurs réseaux?

★ Je termine la série « Escale à Yokohama », bluffée par ce manga post-apocalyptique d’une puissance émotionnelle incroyable malgré un graphisme et des dialogues extrêmement minimalistes.

Jeudi:

★ Miracle: il y a un nouveau point Mondial Relay dans le centre de Monpatelin! Plus besoin d’aller à Toulon pour déposer mes colis. J’en profite pour retourner les baskets si jolies qui ne me vont malheureusement pas du tout. Et pour m’acheter des chouquettes et un bouquet de tulipes sur le chemin du retour, parce que je le vaux bien.

Vendredi:

★ J’ai beau faire et refaire mes calculs, aucun doute n’est permis: cet éditeur m’a sucré 1500 balles brut sur la remise de ma dernière trad. Je vais encore devoir me fendre d’un mail de réclamation qui va me faire passer pour une grippe-sou, mais vu la somme, hors de question que je laisse passer sans rien dire.

★ Le scanner cardiaque: du pipi de chat quand on s’est déjà tapé une IRM du même type. Oui, le dilatateur qu’on vous pschite sous la langue brûle, et il a un goût dégueulasse. Oui, le produit de contraste qu’on vous injecte fait chaud partout pendant environ trois secondes (ici, insérer énorme éclat de rire de toutes les femmes en périménopause). Mais l’examen lui-même dure moins de 30 secondes, et il n’est absolument pas stressant. Verdict: mes artères se portent bien elles aussi, et je sais désormais que je ne suis pas allergique à l’iode.

★ Par contre, je m’aperçois une fois dans le train de retour que le compte-rendu a été rédigé aux coordonnées de la fameuse homonyme qui me poursuit partout. Et qu’on y a joint un formulaire de demande de scanner pour un monsieur de 60 ans souffrant d’asthme, de perte d’appétit et d’asthénie. C’est reparti pour une promenade téléphonique à travers tous les services de l’hôpital jusqu’à ce que quelqu’un finisse par me passer le bon.

★ Pour célébrer la bonne nouvelle, j’entame un puzzle en regardant le film du Eras Tour. Ivre de Coca Zéro, je beugle « I remember it all too weeeell » en me trémoussant sur ma chaise. LA GROSSE TEUF.

Samedi:

★ Je ne sais pas combien a été payé le scénariste de « Damsel », mais même s’il n’a touché un dollar symbolique, c’était trop. (Attention: spoilers). Nous avons quand même… *consulte ses notes* une victime qui a réussi à s’échapper d’un piège mortel et qui y est revenue armée de craie indélébile pour pratiquer l’art injustement délaissé de la peinture rupestre. Plus un dragon qui parle l’anglais sans jamais avoir côtoyé d’humains – peut-être l’a-t-il appris sur Duolingo -, qui lit dans l’esprit de ses casse-croûtes des infos dont il ne peut pas avoir connaissance autrement et qui n’est pas immunisé à son propre feu. Darwin et moi protestons très énergiquement.

Dimanche:

★ « Israel, c’est le top! » Heureusement, mon primeur parle juste de ses innocentes (et délicieuses) clémentines. Il m’informe également que les patates douces jaunes, ça fait déjà trois semaines que c’est fini. Zut – moi qui voulais en faire passer à ma soeur…

2 réflexions sur “La semaine en bref #321”

  1. J’ai regardé Damsel hier soir..
    Netflix avait spoilé tout le film dans la bande annonce… Arrivée à la fin, je me suis dit « ha… c’est tout? »
    La plupart des personnages ne servent à rien… (Floria et le prince charmant… Victoria??) Et le dragon, c’est du mind-reading sélectif, il aurait pu capter la supercherie depuis longtemps… enfin bon.
    Vive les vers luisants!

  2. Quel bonheur de voir que tu as apprécié Escale à Yokohama ! C’est mon coup de cœur de traductrice. Je l’ai traduit avec amour et la larme à l’œil.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut