La semaine en bref #294

Lundi:

★ « Vous êtes passée de 16 à 19 en 3 mois seulement, constate mon généraliste de bon matin. Là, il faut traiter. » Il me prescrit un médicament à faible dosage pour commencer, ainsi que des analyses de sang à faire au bout d’un mois, puis me conseille d’acheter un tensiomètre pour effectuer des auto-mesures et de prendre rendez-vous avec un cardiologue le plus tôt possible.

★ Grosse stressée prévoyante que je suis, je possède déjà un tensiomètre acheté au début de la pandémie (même si je ne m’en suis jamais servi, vu que je n’ai jamais chopé le Covid), et j’ai également déjà pris rendez-vous chez un cardiologue jeudi dernier en sortant de mon entretien avec la docteure de la Croix-Rouge. Par miracle, j’ai réussi à trouver un créneau début novembre, mais certains cabinets m’ont annoncé des délais jusqu’à février de l’an prochain – glups.

★ Comme mon généraliste m’a posé la question et que je n’étais pas sûre, je demande à ma mère si mon père était traité pour de l’hypertension. « Non, me répond-elle. Mais son père est mort d’un infarctus à 59 ans, et son grand-père et son arrière-grand-père pareil, avant 50 ans. ». Woputain. Je savais pour mon grand-père, mais pas pour les deux générations précédentes. On va croiser les doigts pour que les progrès de la médecine m’épargnent le même sort. (Au pire, comme j’ai déjà 52 ans, je ferai quand même remonter la moyenne familiale!)

★ On ne va pas se mentir: j’ai le moral dans les chaussettes. Je stresse atrocement depuis mi-avril, sans vouloir en parler à qui que ce soit hormis ma psy et sans pouvoir évacuer autrement. Même si ce n’est sans doute pas la seule cause du problème, je doute que ça ait eu une influence positive sur ma santé cardio-vasculaire. C’est un cercle vicieux: je stresse, donc ma tension monte, donc je stresse, donc ma tension monte.

★ Tâchons de trouver quelques jolies choses à retenir de cette journée horrible. Je reçois mes exemplaires du tome 2 de la série de cosy mystery que je traduis, et ils sont bien beaux. Après avoir bataillé contre Acrobat Reader, et vaincu uniquement grâces aux lumières de Chouchou, j’entre les dernières corrections (je crois; j’espère!) du Projet Secret. Je papote pendant une heure et demie avec mon beau-frère, et non seulement ça me fait hyper plaisir, mais comme je marche toujours en téléphonant, je fais 5000 pas rien qu’en allers-retours entre mon salon et mon bureau. Le petit mot de soutien de ma copine éditrice M. la fait définitivement passer dans le camp de mes vraies amies – elle ne sera pas à l’étroit, y’a de la place.

Mardi:

★ Le paiement dû depuis début juillet que mon ex-client m’avait promis pour hier au plus tard n’est toujours pas arrivé. Ma réaction est double: 1/ j’ai très bien fait de me dédier du contrat suivant que j’avais signé avec lui 2/ là tout de suite, je n’ai pas la bande passante pour m’énerver. J’attends jusqu’à la fin de la semaine et s’il ne se passe toujours rien, je lance une procédure de recouvrement. Mais tranquillement.

★ L’éditeur du Projet Secret m’informe qu’il m’enverra les dernières corrections fin septembre. Caramba, encore raté. Jamais je n’aurai autant revu une de mes traductions avant sa publication.

Mercredi:

★ Après trois tentatives foirées, je réussis enfin à faire le prélèvement pour mon test de dépistage systématique du cancer colorectal. (J’avais écrit une grande tirade furibarde et très détaillée juste après mon deuxième échec. Mais sachant que mon billet le plus lu en presque 20 ans de blogging est celui dans lequel je raconte ma première coloscopie, j’ai eu peur de finir influenceuse caca.)

★ Les deux échanges sociaux du jour: une conversation téléphonique aussi agréable qu’intéressante avec ma banquière, et une papote sur Messenger avec une de mes ex-éditrices et copine sur les thèmes du bonheur et de la mémoire. Je viens de terminer une romance jeunesse ownvoice dont le héros autiste expliquait que les interactions à distance étaient celles qui lui convenaient le mieux, et même si j’ai instinctivement tendance à leur prêter moins de valeur qu’aux interactions en personne, je me rends compte qu’à quelques exceptions près, ça fonctionne également mieux pour moi.

Jeudi:

★ Mon ex-client m’a enfin payée, ouf! Très soulagée de pouvoir mettre cette histoire derrière moi. Jamais je n’aurais cru qu’un jour, je me séparerais d’un éditeur à ma propre initiative; pourtant, c’est la deuxième fois en l’espace de deux ans et demi que je m’y résous (quoi que pour des raisons très différentes).

★ Un bar à ramen a ouvert dans avant-hier dans le centre de Toulon. Je m’y précipite ce midi pour tester. Hélas! Bouillon trop fade, nouilles archi-cuites, poulet mariné en garniture à la place des karaage que j’ai commandés: au minimum, ils ne sont pas encore au point en cuisine. Je referai éventuellement une tentative dans quelques mois, car la déco est chouette et l’équipe sympathique.

★ Je passe un moment sympa chez ma coiffeuse à discuter avec elle, son employée et une autre de leurs clientes qui a de très belles boucles coupées court. Une interaction en personne, mais limitée dans le temps et pas trop personnelle, ça marche assez bien aussi. Je le note.

★ En fin de journée, Chouchou m’annonce deux très bonnes nouvelles potentielles. Je croise les doigts pour qu’elles se concrétisent.

Vendredi:

★ Comme chaque année à cette période, le dératiseur passe changer les pièges dans ma cuisine et ma salle de bain. Pour la première fois, il rapporte qu’aucun d’entre eux n’a été touché. Youpi! (Je hais les souris et les rats. Je me fous des araignées et des serpents comme de l’an 40 tant qu’ils ne sont pas venimeux, mais les souris et les rats me révulsent.)

★ La vieille dame qui avait rendez-vous chez la manucure juste avant moi s’est laissée convaincre d’opter pour un bleu canard avec des paillettes, et ça lui va super bien. Pour ma part, je reste plus classique avec un rouge Cherry.

Samedi:

★ Je serais bien allée passer la journée en ville, histoire de prendre l’air, mais… le personnel de la SNCF région PACA est en grève, et il n’y a presque pas de TER aujourd’hui. Ca faisait longtemps (non).

★ A la place, je boucle ma compta prévisionnelle du 4ème trimestre, et comme je viens de faire sauter un bouquin, évidemment, c’est pas terrible. Tant pis: ma santé est plus importante que mes finances.

Dimanche:

★ Où sont les plans papier non-plastifiés de Londres quand on en voudrait un un dimanche matin à Monpatelin, je vous le demande. (Réponse: dans un entrepôt Amazon quelque part au fin fond du Vaucluse, probablement. Mais flemme d’aller faire un casse.)

★ Le monsieur de la cade est toujours en vacances. Décidément, c’était pas ma semaine.

2 réflexions sur “La semaine en bref #294”

  1. Merci de continuer à écrire chaque semaine.

    J’ai acheté The Atlas Six, que j’ai beaucoup aimé… mais je ne me suis rendu compte qu’au dernier chapitre que c’était une trilogie (trahison ! è_é).

    « ma santé est plus importante que mes finances » : mille fois oui. Surtout que cela fait des années que je te lis, et j’ai remarqué que tu finis toujours par avoir plus de boulot que nécessaire :)

    1. Le Rose et le Noir

      Pour « The Altas Six »: oui, et autant te prévenir que j’ai été super déçue par le tome 2 où il ne se passe comparativement presque rien. Je lirai quand même le 3 dès sa sortie parce que j’ai envie de connaître le fin mot de l’histoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut