La semaine en bref #236

Lundi:

★ Première séance avec ma nouvelle psy – sur Skype. Elle est assez âgée, sans doute proche de la retraite; elle ne pige aucune de mes références culturelles, et je sens que ça ne va pas du tout être le même relationnel qu’avec mon ancienne psy de Bruxelles. Mais contrairement à cette dernière, elle est compétente pour traiter des patients autistes. Et aussi, elle prend 60€ pour une heure de consultation contre 75€ les 40 mn avec l’autre. S’occuper de sa santé mentale, ça coûte un pognon de dingue. Ca prend également un temps fou: cette première séance a tout juste suffi à lui expliquer pourquoi je m’adressais à elle, et avec les vacances, elle ne peut pas me proposer de prochain rendez-vous avant… fin août.

Mardi:

★ J’envoie Chouchou chercher du matcha en omettant de préciser que c’est pour de la pâtisserie. Il rentre au terme d’une longue quête avec 20g de matcha impérial suremballé à 14€, dont les trois quarts passent immédiatement dans… une fournée de cookies thé vert-chocolat blanc. Bon, au moins, ils sont délicieux.

★ Mon syndic n’ayant pas réagi à ma lettre recommandée d’il y a 15 jours, je passe à l’étape suivante en contactant la direction nationale du réseau d’agences à laquelle il appartient. Je vais faire tout mon possible pour obtenir une rupture de contrat à l’amiable ou une prise en main sérieuse de notre dossier. Et dès la prochaine AG, cet automne, je passerai la main aux jeunes trentenaires qui ont récemment acheté deux apparts dans la résidence, parce que je deviens beaucoup trop vieille pour ces conneries et que c’est très mauvais pour ma tension.

Mercredi:

★ Je rends la trad sur laquelle je bossais depuis début juin (avec une pause de deux semaines au milieu), et… je jongle pour déterminer sur quoi je vais enchaîner. Entre le nouveau client avec qui j’aurais bien aimé bosser sauf que ça ne va pas être possible pour cette fois, la cliente déjà établie qui sous-évalue très largement le nombre de feuillets d’un gros bouquin, le tome 2 auquel j’ai hâte de m’attaquer mais dont la cession française n’a pas encore été signée, celui dont la parution a été repoussée à l’an prochain, la série 9-12 d’un auteur génial dont l’éditeur doit me rappeler depuis des mois… Gros contraste avec mon début de carrière, où mon planning était fixé 12 à 18 mois à l’avance parce que je bossais pour un seul éditeur – et uniquement sur des franchises dont les romans paraissaient avec une régularité de métronome. C’était moins stressant, mais aussi plus monotone.

★ Apéro annuel chez la voisine du dessus, qui a une chouette terrasse sur laquelle il fait bon traîner – même si le ton monte un peu quand on discute du pass sanitaire. On rentre chez nous trop tard pour cuisiner, et semi-bourrée au Vouvray en ce qui me concerne. Le seul état dans lequel mon anxiété de fond s’évanouit enfin. (Du coup, je me trouve assez admirable de n’avoir pas sombré dans l’alcoolisme ordinaire depuis belle lurette.)

Jeudi:

★ Au final, j’ai refusé une série chez l’éditeur A pour pouvoir en accepter une chez l’éditeur B, sauf que comme ça traînait chez l’éditeur B, j’ai fini par accepter la série que me proposait l’éditeur C, pour finalement me rendre compte que les conditions financières ne me conviennent pas du tout. Entre-temps bien sûr, les éditeurs A et B se sont adressés à quelqu’un d’autre, et je me retrouve au chômage technique au moins pour les deux semaines à venir. Bien joué. (Non.)

★ Histoire de m’occuper, je rédige mon avis sur le roman du Book Club de juillet, je publie le sondage pour le choix du livre d’août, je relis des épreuves corrigées (un bouquin génial sur lequel j’ai adoré bosser, mais à ce stade, il me sort par les yeux) et j’attaque un nouveau puzzle.

Vendredi:

★ Lunch au Semsom avec Gasparde. Le Coca Zéro est en fait un Ritchie Cola parfumé à la réglisse (ou assimilé). Une seule gorgée et je suis obligée d’aller me rincer la bouche aux toilettes. Heureusement qu’il y a de la sauce à l’ail pour faire passer le goût infâme.

★ Les sandales jolies et confortables achetées à Avignon il y a… 5 ans au moins… ayant rendu l’âme lors du dernier séjour monpatelinois, ça fait déjà plusieurs semaines que je me déplace en chaussures trop chaudes ou qui me filent des ampoules. Je ne leur trouve pas de remplaçantes sur internet – celles-ci seraient parfaites, mais y’a plus ma taille – et j’ai la flemme de faire les magasins. Présentement, j’envisage d’apprendre à marcher sur les mains pour ne pas avoir à résoudre le problème. En plus, ça fera des merveilles pour mon problème de jambes lourdes.

Samedi:

★ Le « Mort sur le Nil » de Kenneth Branagh est tellement peu subtil qu’une demi-heure avant le meurtre, j’ai déjà deviné l’identité de la victime, celle de l’assassin et son mobile . Et j’aimerais bien croire que c’est dû à mon extrême intelligence ou à mon habitude de lire entre les lignes du storytelling, mais non: Branagh réalise juste comme une patate.

Dimanche:

★ Expo + shooting photo + brunch à la fondation Boghossian; passage rapide chez Cook & Book alors que ma PAL déborde déjà, puis retour à la maison vers 14h30 pour déclencher le branle-bas de combat anti-canicule. 36° prévus à Bruxelles demain, et 39-40 mardi. Si vous me cherchez en début de semaine, vous me trouverez probablement dans le bar climatisé d’un grand hôtel proche de chez nous.

2 réflexions sur “La semaine en bref #236”

  1. Cécile de Brest

    Ok, « Mort sur le Nil » n’est sans doute pas son meilleur mais de là à dire que Branagh réalise comme une patate, je m’insurge. Parce que Dead again et Beaucoup de bruit pour rien sont, à mon humble avis, de très chouettes films.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour haut de page