La semaine en bref #234

Lundi:

★ Nuit horrible et journée de merde. Pour me distraire de mes idées noires, j’entreprends de trier et ranger les commodes de ma salle de bain. A la fin, je suis toujours aussi déprimée, mais on y voit plus clair dans mes tiroirs.

Mardi:

★ Nuit horrible et journée de merde. Pour me distraire de mes idées noires, j’entreprends de trier et ranger la penderie de ma chambre. A la fin, je suis toujours aussi déprimée, mais on y voit plus clair dans mon placard.

Mercredi:

★ J’envoie une lettre recommandée à mon nouveau syndic pour lister tout ce qu’il n’a pas fait ces derniers mois, conclure qu’il est sans doute débordé et que notre petite copropriété ne lui rapporte pas suffisamment pour être prioritaire, et lui demander si on pourrait envisager une rupture de contrat à l’amiable. C’est la seconde version de mon courrier; la première était nettement moins aimable.

★ Je crois que j’ai enfin déniché une monture qui me plaît pour refaire mes lunettes de lecture! Chez Afflelou où je n’étais entrée que par acquit de conscience, persuadée que ce n’était pas là que je trouverais quelque chose d’assez original et assez « moi ». Vu le délai de fabrication et mon départ imminent, je me laisse jusqu’au mois d’août et à mon prochain retour à Toulon pour me décider.

★ Miracle, le stand des chichis fregis est toujours là! Je demande à la dame si son mari et elle ont renoncé à partir à la retraite. « Non, mais on a repoussé de 3 ans. Là, on arrête en septembre. Enfin… si on trouve de l’huile pour aller jusque là. On a du stock pour jusqu’à mi-juillet, mais après… » Du coup, je savoure mon beignet au goût d’enfance: ce sera peut-être le tout dernier.

★ Je bois un verre sur le port avec Kiki et sa fille. Celle-ci lève enfin le voile sur le mystère des chaussures qu’on voit parfois suspendues par les lacets au-dessus de certaines rues. « C’est pour indiquer la présence d’un revendeur de drogue en-dessous. » Mais euh, la police n’est pas au courant? « Si, mais ils sont organisés. Il y a toujours un guetteur, un mec qui prend l’argent et un autre qui a la sacoche. »

Jeudi:

★ Solange, 96 ans, me demande si je vais faire la 4ème dose. Je lui réponds que je ne suis pas concernée: pour l’instant, en France, elle est réservée aux plus de 60 ans et aux immuno-déprimés. « Moi, j’ai même pas eu la 3ème, déclare-t-elle fièrement. Personne ne me l’a proposée et je m’en fiche ». Sachant qu’une infirmière passe la voir tous les jours, qu’elle consulte régulièrement l’un ou l’autre médecin et qu’elle a séjourné à l’hôpital récemment, j’ai beaucoup de mal à comprendre.

Vendredi:

★ La partie la plus problématique de Monpatelin-Bruxelles, c’est finalement le petit bout de trajet entre la gare SNCF et l’aéroport de Hyères: 40 mn d’attente pour un taxi, alors qu’on est à peine au début de l’été… Et pas de chauffeur Uber ou Bolt disposé à prendre des courses dans le coin. Je finis par partager une voiture avec un jeune Belge de l’âge de mes neveux qui était en train de se dire que pour 6 km, il allait peut-être les faire à pied avec son énorme valise.

★ En débarquant à Charleroi vers 23h, je me dirige vers le quai des navettes Flibco et cherche celle qui m’amènera jusqu’à la gare du Midi. « Bruxelles, c’est moi », me lance un des chauffeurs. Sans réfléchir, je lance sur le ton de la plaisanterie: « Je vous voyais plus grande. » Le monsieur culmine à moins d’1m70, et je vois bien que je l’ai vexé.

Samedi:

★ Après avoir passé une heure et demie à visiter la nouvelle expo de l’Art Sanctuary de Jodoigne (billet à venir), nous traînons le même laps de temps à la buvette. Assise à une petite table ombragée près de la fontaine, je savoure « Small bodies of water » de Nina Mingya Powles en songeant que j’ai quand même un rapport bizarre à l’eau: je fuis son contact, mais aucun bruit ne m’apaise autant que de l’entendre couler. Ressac de l’océan, gazouillis de rivière et averse torrentielle sont les pistes sonores que j’écoute le plus sur Breethe.

★ Nous avons enfin trouvé (chez Delhaize) un substitut végan qui fait très bien illusion pour mettre dans la délicieuse bolognaise de Bosh! – hourra!

Dimanche:

★ Flash info: si on oublie le lait en préparant un clafoutis et qu’on utilise de la farine levante au lieu d’une farine normale, on obtient un machin plus proche du cake que de l’entremets, tout à fait mangeable mais impossible à démouler depuis un moule en silicone. De rien.

★ Je regarde la fin de la saison 4 de « Strangers Things » deux jours après sa sortie, en ayant réussi l’exploit de ne pas me faire spoiler sur les réseaux sociaux entre-temps. Hé ben 2h30 à ce niveau de tension dramatique, c’est trop pour mon petit coeur (et surtout pour ma vessie qui réclame de multiples pauses).

4 réflexions sur “La semaine en bref #234”

  1. Incroyable, merci pour l’explication sur ces chaussures toulonnaises suspendues ! Je croyais qu’il s’agissait de farces entre étudiants.

  2. De manière extrêmement romantique, je croyais que c’étaient les pèlerins en route pour Compostelle qui faisaient ça avec leurs vieilles chaussures ! Haha !

    1. Apparemment, ils brûlaient leurs chaussures de randonnée en arrivant sur la côte espagnole au bout de la route, mais comme c’était peu écolo, la pratique a été remplacée par une statue symbolique qui représente des chaussures.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour haut de page