Les vies que je n’ai pas vécues

Depuis que j’ai traduit « Les quinze premières vies d’Harry August » – roman dans lequel un homme arrivé au terme de son existence renaît toujours à la même date et dans les mêmes circonstances, en conservant l’intégralité de ses souvenirs mais en étant libre de faire des choix différents -, c’est devenu un de mes sujets de rêverie préférés: quelles autres vies mènerais-je si l’occasion m’en était donnée?

Je sais que je n’aurais d’enfants dans aucune d’entre elles. Mais je pourrais très bien me mettre en couple avec une femme, ou faire le choix de n’avoir que de brèves aventures et de rester célibataire, ou même devenir la belle-mère d’enfants déjà un peu grands et pas trop chiants. Tout dépendrait des rencontres que je ferais et pas uniquement de mes décisions ou de mes aspirations.

En revanche, du point de vue professionnel, j’ai une liste assez précise de carrières alternatives:

♥︎ J’aurais aimé devenir neurobiologiste et faire de la recherche sur le fonctionnement de la mémoire.

♥︎ J’aurais aimé m’occuper d’animaux, par exemple dans une fauconnerie ou un sanctuaire pour espèces menacées.

♥︎ J’aurais aimé apprendre à peindre pour de vrai et avoir une carrière d’illustratrice comme celle de Jennifer Orkin Lewis.

♥︎ J’aurais aimé intégrer la police scientifique et faire coffrer des criminels grâce à mon travail de déduction.

♥︎ J’aurais aimé créer ou au moins diriger une fondation qui fournirait des logements aux SDF pour les aider à se réinsérer.

♥︎ J’aurais aimé mener une existence semi-nomade, 3 mois par-ci 6 mois par-là, avant de finir par me poser dans mon endroit préféré au monde (actuellement c’est l’Ecosse, mais je ne suis pas allée partout!).

Tous ces intérêts, j’ai tenté de les intégrer à ma vie actuelle à travers mes lectures, mes loisirs, mes voyages et mes engagements sociaux. Mais bien sûr, ça reste limité.

Et vous, si vous aviez la possibilité de tout recommencer à zéro pour mener des vies radicalement différentes: que feriez-vous?

7 réflexions sur “Les vies que je n’ai pas vécues”

  1. J’aime beaucoup ce sujet !

    Dans une autre vie je ferais des études de neurosciences. Je suis passionnée par le fonctionnement du cerveau, c’étaient les cours préférés en fac de psychologie cognitive.

    Je serais libraire jeunesse.

    Je ferais de la politique.

    Je n’aurais pas d’enfants.

    J’en aurais plusieurs, d’âge rapproché.

    J’aurais fait des études de cuisine comme je souhaitais le faire dès le collège (pour mon père ce n’était pas un bon métier).

  2. Voilà un sujet de réflexion que je connais aussi ! J’y reviens de temps à autres, sans doute en partie à cause du même roman que toi.

    Parmi les autres embranchements que j’aurais pu prendre si/… et tous les possibles, il va déjà falloir considérer celui où je n’ai pas survécu au harcèlement. Voilà.

    Sur le plan amoureux/familial, j’imagine que dans d’autres vies je suis mariée et maman. Mariée, peut-être, maman, très certainement. Plutôt en couple hétérosexuel, mais sait-on jamais, comme tu le dis, les rencontres, on ne les prévoit pas.

    Du côté professionnel, c’est là qu’on s’amuse 😀 Déjà, si je pouvais être payée à étudier, je n’aurais sans doute jamais quitté la fac et serais très occupée à creuser les cursus ou faire des thèses tout en squattant la BU. On est complètement dans du fantasme, je sais. Chacun son truc, moi j’adore apprendre.
    Sinon, dans d’autres vies :
    – Je suis publiée et lue. (Sans désespérer totalement que cela puisse arriver dans cette vie-ci…)
    – J’ai finalement choisi d’aller vers les métiers du livre et travaille en bibliothèque ou en librairie indépendante.
    – J’ai poussé l’archéologie sur un plan plus scientifique et me suis spécialisée en archéologie funéraire, fouille des nécropoles et fais des missions à l’étranger.
    – J’ai (eu les -très – bons contacts/la ténacité/piétiné des gens pour arriver à mes fins) réussi à entrer dans le milieu de la Culture et fais de la médiation culturelle en musée ou site historique (ateliers pour enfants, visites personnalisées en fonction des publics, rédaction…)
    – J’ai fait un truc fou et persisté dans le théâtre qui m’attirait beaucoup au lycée, et tant qu’à faire, j’en vis décemment. (Ha ha ha.)
    – Je me suis tournée vers le soin sur un plan plus médical : kiné, ostéo (ou « magicien des temps modernes » en ce qui me concerne), ergothérapeute…
    – J’ai choisi un métier manuel, sans doute un métier d’art, et peut-être en rapport avec le bois.
    – Dans mes fonctions actuelles, j’ai choisi d’exercer en maternité où je m’épanouirais sans doute aussi (s’il n’y avait les plannings imprévisibles et les gardes de 12h d’affilée qui impliquent une logistique particulière incompatible avec mon projet de vie actuel).
    – J’ai trouvé un métier (mais lequel ?) qui me plaît suffisamment et me permet de travailler depuis chez moi la plupart du temps, à mon rythme, plus libérée des transports et des relations entre collègues.

    Va savoir comment je vais me réinventer la prochaine fois… parce qu’il y aura une prochaine fois. Et ça fait un peu peur…

  3. Ohh j’ai adoré ce roman et j’avoue que je me suis souvent également posé la question.

    Alors moi j’aurais aimé etre :
    – majordome dans un grand hôtel
    – responsable d’un petit orphelinat
    – animatrice de radio
    – traductrice d’une langue étrange…
    – vivre dans un van en voguant de marchés en marchés

    Le reste, j’ai encore le vague espoir de pouvoir le réaliser dans ma vie! Hahah.

  4. Oh j’aime beaucoup cet exercice et j’ai lu « Les quinze premières vies d’Harry August » sur tes conseils. J’ai adoré.
    Sinon moi je fais un métier dans ta liste, je m’occupe de reloger les gens sans domicile ou hébergé, ou de faire en sorte qu’ils ne soit pas expulsés.
    Sinon je serai fleuriste-libraire-salon de thé, le tout dans un même lieu, ou je travaillerais comme webmaster et j’aurais assez d’imagination et le sens des couleurs pour créer des sites sublimes, je serais cultivatrice de légumes anciens, je serai céramiste et donnerai des cours. Je vivrai dans un petit quartier fleuri avec des voisins cool. Mon mari vivrait dans la maison d’à côté, ensemble et seule à la fois. Je vivrais avec une piste cyclable à côté et j’irais au boulot en vélo. Mi campagne mi ville. Je n’aurai qu’un enfant comme maintenant et je le garde tel qu’il est 😉

  5. Ah ce roman !
    Hmmm…
    Je pense que l’avenir me le dira 🙂 car je m’apprête à changer de vie.
    Mais dans une autre vie j’aurais aimé :
    – Faire le tour du monde sur un voilier et travailler où je peux quand je peux pour payer le voyage, puis jeter l’ancre un jour en Irlande ou en Nouvelle-Zelande.
    – Idem mais en van et l’ancre en moins du coup
    – Devenir soigneuse et travailler dans un sanctuaire pour une espèce menacée
    – Réaliser des films ou des documentaires
    – Écrire
    – Bibliothécaire un métier du livre que je n’ai pas encore exercé
    – Avoir ma propre librairie
    – Artiste
    – Un artisanat, la reliure, les vitraux, la forge…
    – Maraîchère
    – Garde forestier
    – Horticultrice
    – Vétérinaire, mon rêve de gosse
    – Traductrice
    – Vivre en autonomie
    – Astronome, un de mes grands rêves inaccessibles
    – Travailler avec des robots et des IA, idem
    – Je ne me vois pas me marier, être en couple
    – Je ferais un bébé toute seule, j’adopterais, je deviendrais famille d’accueil
    – Je serais peut-être FTM dans une autre vie
    Merci d’avoir initié cette réflexion 🙂

  6. J’aurais aimé :
    – tenter le concours de médecine et devenir chirurgienne, de préférence en neurologie ou cardiologie.
    – être kiné, osthéo, psychomotricienne, faire de la rééducation..
    – avoir plus d’enfants et au moins une grossesse non multiple et à terme …
    – ne pas être allergique aux chats et aux chiens (ah zut ça c’est pas un vrai choix!)
    – voyager bien plus. Il n’est pas trop tard mais maintenant le fait de prendre l’avion pour partir en vacances me dérange.. c’est plus compliqué.
    – être photographe animalier ou travailler dans un domaine qui allie la protection de la nature et la science.

    Cela dit travailler pour un marchand de viande (humaine !) et me taper RER et Open Spaces dans mes vingtaines et trentaine ont été formateurs malgré tout.. et je n’echangerai mari et enfants pour rien au monde!

  7. Enfant, je voulais être astronaute, puis éditrice, et finalement j’ai fait des sciences, des langues, du marketing, de l’artisanat et là je gère l’intendance familiale… Eh bien depuis peu je me suis dit que j’aurai adoré être (capable de) concevoir des jouets. Donc si c’était à recommencer, je suppose que je ferais des études de design (et je verrais bien si ça me mènerait aux jouets ou à autre chose)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour haut de page