Où je vous inflige un long préambule avant d’attaquer le récit de notre voyage

 

Je me suis posé beaucoup de questions avant de réserver ces vacances – nos premières depuis octobre 2019. Etait-ce bien prudent de voyager alors que la pandémie n’était pas terminée, et que circuler en Europe risquait d’être compliqué donc stressant? Mais nous nous étions dit la même chose l’an dernier, et je me souviens combien j’ai pesté de voir tous les gens que je connaissais partir en vacances tandis que nous restions enfermés chez nous à bosser tout l’été. Je ne me voyais pas remettre ça encore une fois, surtout alors que nous étions tous les deux complètement vaccinés. 

Cette décision prise, restait à déterminer une destination. Dans l’absolu, ma priorité aurait été de retourner en Ecosse, même sans avoir le temps de réorganiser le road trip annulé au printemps dernier. Mais le Royaume-Uni n’était a priori pas accessible aux touristes sans quarantaine. J’adore l’Italie et le Portugal, et je découvrirais volontiers la Grèce, mais sûrement pas à la période de l’année où il y fait plus de 40° et où tout le monde s’y est rué en même temps que moi. Au Nord et dans le centre, nous avions déjà fait la plupart des grandes villes qui nous tentaient: les cinq capitales scandinaves et Malmö, Amsterdam, Cologne et Munich, Dublin et Galway, Budapest et Bratislava, Tallinn, Vienne… Pour Saint-Petersbourg qui nous fait de l’oeil depuis longtemps, ça ne semblait pas du tout le bon moment. Riga nous intéressait, mais c’est une ville trop petite pour nous occuper deux semaines d’affilée, et ajouter un vol supplémentaire – ou un train, ou un ferry… – vers un autre pays balte me semblait multiplier inutilement les risques. 

Puis la Providence a toqué à notre porte sous la forme d’une jeune collègue de Chouchou qui avait fait son Erasmus à Varsovie et qui lui en parlait avec beaucoup d’enthousiasme. Depuis des années, je tentais de convaincre mon amoureux d’aller faire un tour en Pologne, mais il bloquait à cause du régime politique (même si je lui faisais remarquer qu’en Hongrie, ce n’est guère mieux, et que ça ne nous a pas empêchés d’aller tester les escape games légendaires de Budapest). Les circonstances ont fini par le faire craquer. Varsovie donc, et puis Cracovie accessible en train, parce que c’est en quelque sorte la Kyoto polonaise – l’ancienne capitale à la beauté historique préservée par contraste avec la modernité bétonnée de la nouvelle. Et peut-être une expédition journée à Gdansk, au bord de la mer, si ça paraissait gérable une fois sur place…

2 réflexions sur “Où je vous inflige un long préambule avant d’attaquer le récit de notre voyage”

  1. Bon voyage et bonnes vacances! Je ne suis jamais allée en Pologne, mais il parait que Varsovie et Cracovie sont très très belles.
    Et en plus, vous allez sûrement avoir du beau temps! ( marre de cet été pluvieux et de mes pulls d‘hiver!)
    Profitez en vien et revenez en bonne santé!
    Céline

Les commentaires sont fermés.

Retour haut de page