La semaine en bref #144

 

Lundi:

La nouvelle du jour, c’est la publication par ActuaLitté de ma fameuse diatribe anti-Urssaf Limousin. En l’espace de quelques heures, elle mobilise toutes les organisations pros; Tatiana de Rosnay me retweete et Martin Page s’abonne à mon compte; les témoignages d’autres auteurs victimes du même procédé illégal affluent en commentaires. Je ne sais pas si ça servira à grand-chose, mais au moins, j’aurai fait tout ce que je pouvais – hormis aller m’immoler devant les locaux de l’Urssaf. 

Mardi:

 Chouchou a pris l’app Fastic pour contrôler son niveau d’insuline pendant la journée, et ça l’aide énormément. Du coup, je l’installe aussi sur mon iPad: réguler notre alimentation sera plus facile à deux, et comme j’ai tendance à ne pas boire suffisamment en hiver, les rappels quotidiens me seront bien utiles. 

 La bague chouette commandée en Thaïlande la semaine dernière me sera livrée dès vendredi, m’informe DHL. Quelle rapidité! Oh, et je dois m’acquitter de 43,50€ de taxes: moitié TVA, moitié frais de douane. Sur un article qui à la base en coûtait environ 113 port inclus. Glups.

 Le diffuseur qui, d’après l’Urssaf, ne leur a pas reversé mes cotisations les a appelés aujourd’hui. On lui a répondu que mais non enfin, tout était en ordre, et qu’il suffisait que je produise mon certificat de précompte.
Certificat de précompte que j’ai déjà fourni non pas une, non pas deux, mais trois ou quatre fois, et dont mon dernier interlocuteur téléphonique m’a assuré qu’il ne suffisait pas. Bon, je vais me fendre d’une lettre recommandée avec accusé de réception, comme ça ils ne pourront pas accuser l’informatique d’escamoter les pièces jointes. 

 Le staff d’un de mes éditeurs est de retour en télétravail car plusieurs cas de Covid se sont déclarés dans l’équipe. Par ailleurs, mon syndic et son assistante sont tous les deux malades, donc il n’y aura pas d’assemblée générale de copropriété cette année. Je mentirais en disant que ça va me manquer, surtout si l’affaire des fourmis est réglée comme je l’espère. 

 En fin de soirée, le CAAP (Comité Pluridisciplinaire des Artistes-Auteurs) twitte que l’Urssaf a reconnu une erreur de ses gestionnaires. Victoire! Enivrée par mon succès, j’envisage d’aller mettre mon grain de sel dans l’élection américaine. Puis je pourrais peut-être aller sonner les cloches à Moscou et à Pékin. Sans oublier de rétablir la paix au Moyen-Orient s’il me reste cinq minutes. 

Mercredi:

 Chouchou lance un nouvel Instagram de « portraits boudoir ». Comprendre: des dames sommairement vêtues. Mon neveu de 14 ans a déjà liké ses photos. Ah bravo. 

 Surprise: le colis de washi tapes que la Poste m’avait perdu fin juillet est retourné chez l’expéditrice londonienne avec une étiquette précisant que nous ne sommes jamais allés le chercher à la Poste. En effet, on ne nous a pas laissé d’avis de passage et je ne possède toujours aucun don de divination. Mais certes: j’y mets de la mauvaise volonté. 

 Moi à 14h: « J’ai envie de fêter le dénouement de cet ignoble patakès. Et si on allait enfin tester le Jardin Rooftop vendredi soir? » Médias belges à 15h: « Tous les bars de Bruxelles seront fermés pour un mois à partir de jeudi soir. » Complot!

Jeudi:

 DHL a mis en présentation aujourd’hui le colis de Thaïlande dont j’avais reporté la livraison à mercredi prochain vu que je ne suis pas chez moi en ce moment. Coup de bol, je tombe sur un jeune livreur consciencieux et adorable qui prend la peine de me téléphoner pour savoir ce qu’il doit faire, accepte de monter deux étages pour le déposer à Solange et me dit d’enregistrer son numéro parce que ce sera toujours lui qui m’apportera mes colis DHL. « Comme ça la prochaine fois, si l’informatique fait n’importe quoi, vous m’appelez et on s’arrange. » Merci l’univers pour les gens de bonne volonté.

Vendredi:

 Deux heures de live sur la chaîne Twitch de la Ligue des Auteurs Pro avec le responsable de la transition Urssaf, qui s’il n’avait décidé d’entrer dans l’administration aurait pu briguer une très belle carrière de flûtiste. Bien qu’incroyablement posées et pugnaces, nos représentantes ne parviennent à lui soutirer aucun fait concret, aucune explication claire, aucune promesse quantifiée. Du moins confirme-t-il qu’il est hors de question de demander aux artistes-auteurs d’aller récupérer eux-mêmes leurs cotisations précomptées auprès des diffuseurs qui ne les auraient pas reversées. 

Samedi:

 En me rendant chez Schleiper pour faire encadrer mon tableau d’anniversaire (l’humidité recommence à suinter des murs de notre appart et je ne voudrais pas que la toile moisisse…), je suis interpelée par une gentille lectrice qui m’a reconnue malgré mon masque. Note à moi-même pour le cas où un jour, je braquerais une banque et devrais disparaître avec mon butin: penser à changer de coupe de cheveux et de lunettes. 

 Je sais que les nouvelles mesures sanitaires sont une plaie pour les restaurateurs et qu’elles affectent leur chiffre d’affaires. Mais je dois bien avouer que j’adore le nouvel agencement intérieur du Yi Chan, avec des tables forcément moins nombreuses et du coup une atmosphère beaucoup plus feutrée. Parfait pour un dîner en amoureux la veille de mon départ. 

Dimanche:

 Vis ma vie avec un trouble anxieux généralisé: toi aussi, mets deux réveils avant de te coucher et regarde quand même défiler chaque putain de minute pendant 8 heures d’affilée, sans réussir à t’endormir de crainte de manquer ton avion du lendemain. 

 Puis affole-toi parce que la navette Flibco, d’ordinaire présente devant la gare du Midi une demi-heure en avance, n’est pas là aujourd’hui un quart d’heure avant son départ supposé, que tu es bizarrement la seule personne à l’attendre et que la suivante est prévue dans deux heures, ce qui te ferait arriver  à l’aéroport au moment du décollage de ton avion. 

 Et quand tu finis par arriver chez toi sans encombre en milieu d’après-midi, découvre ton canapé et ton lit couverts de poussière d’isolant, de particules de bois et de petits cadavres. Décide qu’entre les fourmis charpentières, la Covid et l’Urssaf, tu as déjà épuisé tout ton quota de combattivité pour la décennie qui commence. Que ces saloperies de bestioles bouffent la toiture. Le jour où ça s’affaissera, la copropriété se ruinera en travaux, et puis voilà. Toi, tu lâches l’affaire. 

1 réflexion sur “La semaine en bref #144”

  1. Je suis ravie de vous avoir rencontrée en tout cas, et j'espère que vous avez pu obtenir un magnifique cadre pour votre beau tableau 😉

    Bonne soirée !

Les commentaires sont fermés.

Retour haut de page