Celle qui détestait poser

Je n’ai jamais été très photogénique, et malheureusement, ça ne s’arrange pas avec l’âge. 
A aucun moment de ma vie je n’ai fait partie de ces gens amoureux de leur apparence qui adoraient être pris en photo et se montrer sur les réseaux sociaux. Je n’ai pas franchement un physique de déesse. Je déteste sourire sur commande. Au naturel, je gesticule et je grimace beaucoup, ce qui donne rarement des arrêts sur image très flatteurs. Poser plus de trois secondes m’ennuie à mourir, et bien que je ne rechigne jamais à faire l’andouille, je ne supporte pas de gêner les gens qui m’entourent en monopolisant un endroit trop longtemps. 

De plus, il y a 5 ou 6 ans, le bas de mon visage s’est affaissé presque du jour au lendemain, accentuant ma ressemblance avec ma mère dans des proportions qui me sont insupportables. Ce n’est pas juste que je vieillis: c’est que je vieillis en devenant le sosie d’une personne qui est tout mon contraire à l’intérieur. Si j’ai cessé de me maquiller, c’est d’abord par flemme aiguë revendication féministe (« Je n’ai pas besoin de me peinturlurer pour être socialement acceptable ») mais aussi, un peu, pour m’épargner la peine de me regarder dans un miroir davantage que nécessaire. 
Mais il se trouve que je vis avec un photographe – qui plus est, un photographe intéressé par les portraits – dont je suis le modèle le plus disponible et évident. Alors, je fais des efforts. Je porte des lunettes remarquables et j’achète des robes visuellement accrocheuses pour détourner l’attention de mes traits. J’ai repéré les trucs qui m’amochissent de façon systématique et ceux qui, au contraire, m’arrangent. Les postures que je peux me permettre et celles que je dois absolument éviter pour ne pas avoir envie de vomir en voyant le résultat. 
Je sais que je dois avancer un peu la tête, baisser les épaules et tenir le dos bien droit, ne pas me mettre face à l’objectif ni trop pencher la tête sur le côté. Que sans talons, j’ai l’air d’un Culbuto. Qu’il vaut mieux que je rentre le ventre et que je planque mes bras ou que je les écarte de mon corps. Que si mes cheveux ne sont pas propres ou que ma frange est de travers, ce sera la crise. Que mon meilleur profil, c’est de dos, et ma meilleure amie, une écharpe pour planquer la démission de l’ovale de mon visage. Que certains éclairages vont me donner envie de me pendre. Que mes expressions les plus naturelles ont un rendu désastreux. Que je suis plus à l’aise si j’ai un accessoire dans les mains ou une action à accomplir. 
Je sais aussi que, sur 100 photos prises par mon amoureux (il en a fait le double pour cette séance au Cook & Book…), il y en aura 4 ou 5 seulement qui ne me feront pas pousser les hauts cris, et peut-être une sur laquelle je me trouverai vraiment bien. Si j’avais un jour cultivé une quelconque vanité de mon apparence, ce serait un assez bon remède! En l’état, ça me permet d’apprivoiser vaguement mon image. Je suis certaine que même les Instagrameuses que je trouve jolies comme des coeurs effacent des dizaines de clichés peu flatteurs chaque jour. Et que je suis bien la seule personne au monde préoccupée par la tête que j’ai – chacun ne se souciant généralement que de la sienne. 

7 réflexions sur “Celle qui détestait poser”

  1. Je te comprends totalement. C'est en grande partie pour ça que je ne montre pas ma tronche sur les réseaux sociaux. Je ne me suis jamais trouvée photogénique, et l'âge avançant, ça devient de plus en plus difficile pour moi de me prendre en photo. J'aimerais avoir la chance d'avoir un compagnon qui aime la photographie mais ce n'est pas le cas ^^

  2. Exactement comme moi ! Alors quand mon chéri veut me prendre en photo,soit je me cache,soit il faut mille et une contorsions pour me trouver acceptable.
    Bisous Nad 😉

  3. Je te trouve très bien en photo et pas seulement parce-que le photographe est pro ????

  4. Grosse réflexion dessus en ce moment… Je n’ai jamais été photogénique, mais me voir en photo est devenu un cauchemar vu tout le poids que j’ai pris ces dernières années. Le problème, c’est que mon projet professionnel va très bientôt nécessiter non seulement que je montre ma tronche en photo, mais aussi en vidéo ! C’est dur…(et je n’ai pas de photographe sous la main pour m’aider à franchir le cap).
    J’essaie d’avancer en regardant plein de vidéos de gens «  comme tout le monde » et en me répétant quelque chose comme ta dernière phrase!

  5. MadeleineMiranda

    Je pense qu'on est toujours trop sévère avec soi-même. Personnellement, je te trouve ravissante sur ces photos 🙂 Et très jolie en vrai aussi!

  6. Pour résoudre ce problème je me suis mise moi même à la photo comme ça c'est moi qui prend les autres en photo ????.

  7. Le modèle et le photographe sont parfaits 🙂 Pour ma part, j’ai du mal avec les photos de moi mais depuis l’arrivée de ma fille, ça s’accompagne d’une tristesse anticipée qu’elle n’ait pas de photos de nous deux plus tard (genre notamment quand je serais morte, histoire de bien filer le cafard). Enfin, là j’envisage la version de l’histoire où elle regarderait ces photos avec affection, pas celle où elle se dira que le bas de son visage ressemble malheureusement au mien ????

Les commentaires sont fermés.

Retour haut de page