La semaine en bref #233

Lundi:

★ Encore une gueule de bois post-élections. Mon département a presque entièrement été remporté par le RN, dont le nombre de députés a… décuplé depuis les précédentes législatives il y a 5 ans. Je suis dans une colère noire (qui n’a pas d’autre résultat que faire grimper encore mon niveau de stress stratosphérique en ce moment).

Mardi:

★ A peine avons-nous débarqué à Aix-en-Provence qu’éclate une nouvelle dispute qui va en grande partie gâcher ce séjour dont je me faisais une joie. J’en ai marre, mais marre…

★ Petites joies de la journée, néanmoins: les repreneurs du Kabbaz, rebaptisé Maazka, proposent une délicieuse cuisine palestinienne; sur le marché, je déniche un parfait chapeau en paille qui me donne une allure de personnage post-impressionniste; nous découvrons une sorte de caverne d’Ali Baba gotho-steampunk où j’achète une canne démontable et Chouchou une paire de lunettes miroir qui lui font un look terrible; à l’antre de Calliopée, je me régale d’un cupcake à la fraise et m’offre la suite d' »Anne de Green Gables » dans sa magnifique édition de chez Monsieur Toussaint Laventure; après une prise de contact grinçante, je me découvre une complicité inattendue avec la serveuse de chez Jacquou le Croquant – une jeunette qui pense que la vraie musique, c’était le rock lourd des années 90.

★ C’est mon 4ème séjour à la Maison du Collectionneur, et le premier qui me déçoit. J’ai choisi le Loft en pensant que sa configuration nous permettrait de faire des photos sympas. Le problème, c’est que la climatisation n’est pas assez forte pour rafraîchir la mezzanine sur laquelle se trouve le lit. Et en plein centre-ville un soir de fête de la musique, pas question d’ouvrir les fenêtres. Je finis par descendre dormir sur le canapé – en faisant un boucan d’enfer à cause de l’escalier métallique trop mal foutu.

Mercredi:

★ Malgré l’absence de mon tableau préféré (« Ouverture des fenêtres sur Nice »), je kiffe l’expo Raoul Dufy dans le très bel hôtel de Caumont. Après ça, on fait quelques photos dans les jardins. Et au moment où on décide de déjeuner sur la superbe terrasse, la pluie se met à tomber. Tant pis: à l’intérieur, ce sera chouette aussi. Même si clairement, nos 50 ans passés font très largement baisser la moyenne d’âge de la clientèle.

Jeudi:

★ Chouchou et moi errons du Charl’s Café aux pelouses de Chalucet en discutant de tout ce qui ne va pas entre nous et de la manière dont il faudrait que ça change. Je crois qu’on crame tous les deux l’équivalent d’un stock hebdomadaire de cuillères. C’est tellement dur, de gérer une relation de couple… Souvent, je ne me sens pas du tout équipée pour ça.

★ La bonne nouvelle, c’est que la thérapeute spécialisée en gestion du stress qui a son cabinet près de chez moi et l’habitude des patients adultes autistes peut me proposer un rendez-vous avant la mi-juillet – et que oui, elle consulte aussi en distanciel. Depuis un peu plus d’un an, j’étais portée par mon diagnostic et n’éprouvais pas le besoin de consulter. Mais là, entre le Grand Projet, mes soucis de couple et les problèmes de syndic, mon anxiété est redevenue stratosphérique, et je suis de nouveau submergée.

Vendredi:

★ Comme on a un peu de temps à tuer dans le centre de Toulon, je propose à Chouchou de faire un tour de grande roue. Il est 10h et les gérants sont en retard pour démarrer: ils ont dû passer toute l’attraction au jet d’eau afin de se débarrasser des sables du Sahara. « Ca colle, vous pouvez pas imaginer! ».

★ Dernier rendez-vous administratif pour cette fois. L’occasion d’avoir une discussion très intéressante sur le métier de notre interlocuteur et les fantasmes délirants que le grand public nourrit vis-à-vis de certaines professions. (Les écraivains, par exemple, jouissent d’un certain prestige, mais en France, 40% d’entre eux ont des revenus inférieurs au seuil de pauvreté…)

★ Et maintenant: la révocation de Roe v Wade par la Cour Suprême des USA va permettre à plus de la moitié des Etats américains d’interdire l’avortement en toute circonstance. De quoi réduire les femmes au rôle d’incubateurs incapables de régenter leur propre corps, et condamner beaucoup d’entre elles à ne jamais sortir de la pauvreté, voire à mourir d’une grossesse dangereuse. Surtout, les mettre encore plus à la merci des hommes qui croiseront leur chemin. Intolérable.

Samedi:

★ Test de la Switch achetée pour recommencer une activité sportive. Je ne bataille pas trop pour comprendre comment fonctionne le jeu Ring Fit Adventure. Et je vois bien que ça doit devenir lassant au bout d’un moment, mais j’avais tenu plus d’un an avec la Wii Fit qui était beaucoup moins ludique. Donc, ça fera le job. (Par contre, je vais rapidement devoir investir dans un écran, parce que même avec un adaptateur spécialisé, le branchement sur mon MacBook s’est révélé inopérant).

★ En attendant, il m’a fallu à peine dix minutes de fitness effectif pour latter la gueule d’un dragon maléfique. Un samedi après-midi nettement plus productif que la moyenne, donc.

Dimanche:

★ « Leuh travail c’est la san-té, rien faire c’est la con-ser-ver », beugle le vendeur de cade en s’affairant devant son four ouvert par plus de 30°, tandis que sa femme m’informe qu’ils n’ont pas pris de vacances depuis deux ans.

★ Un qui a dû prendre le message à coeur, c’est notre nouveau syndic: la voisine qui gère la copro avec moi m’informe qu’il lui a dit que c’était à nous d’organiser la purge des balcons. Cette opération nécessite de bloquer chez eux plusieurs locataires pas particulièrement coopératifs – et sur qui nous avons zéro autorité – pendant le passage d’un ouvrier acrobate. Du coup, je voudrais bien savoir pourquoi on paye ce monsieur? Mais à moins de lancer une procédure judiciaire longue et coûteuse que personne ne voudra financer, je ne vois pas du tout comment le contraindre à faire ce travail pourtant urgent depuis des mois… Encore de belles prises de tête/crises de stress en perspective.

2 réflexions sur “La semaine en bref #233”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour haut de page