9 choses que je retiendrai de 2021

 

Mon diagnostic d’autisme

A titre personnel, sans contestation possible l’évènement le plus important de cette année. J’ai déjà beaucoup parlé de l’apaisement qu’il m’avait procuré, de la manière dont il m’avait aidée à accepter mes difficultés et à trouver des moyens de les gérer – même si, bien entendu, il ne les a pas miraculeusement fait disparaître. Ma phobie sociale, notamment, atteint des sommets après bientôt deux ans de pandémie à éviter les autres en vrai et à se prendre le chou avec eux sur les réseaux sociaux. 

La vaccination contre le Covid

Après avoir reçu deux injections de Pfizer en avril, je me suis sentie assez rassurée quant à mon propre sort, et plutôt confiante sur le fait qu’on allait bientôt sortir du pire de la pandémie. Et puis en novembre, Omicron a changé la donne. Et là, honnêtement… Tant qu’on n’aura pas résolu le problème des inégalités vaccinales, je ne vois pas bien comment on va éviter que de nouveaux variants apparaissent et fassent repartir la machine pour tout le monde, y compris les gros privilégiés comme nous. 

Le départ de chez B. et l’arrivée chez D.

Fin avril, suite à un dossier publié par Mediapart, je mettais fin à ma collaboration avec mon deuxième client historique, encore responsable de 30 à 50% de mon chiffre d’affaires selon les années. J’avais très peur des conséquences, mais quelques semaines plus tard, ce départ me valait indirectement de décrocher un nouveau client avec un catalogue fabuleux et le meilleur tarif au feuillet que j’aie jamais touché jusqu’ici. Et quand il m’a proposé des titres incompatibles avec mon planning, j’ai même réussi à le brancher avec deux de mes copines qui cherchaient du taf. Un énorme win. 

Nos vacances en Pologne

Notre premier voyage depuis deux ans. On avait choisi la destination non par folle envie mais par élimination: ça devait être en Europe, ça ne devait pas être ultra-touristique/pétant de chaud, et je souhaitais que ce soit nouveau pour nous. Au final, on a adoré aussi bien Varsovie que Cracovie et passé deux excellentes semaines de vacances, pleines de belles découvertes et de bonne bouffe. 

Le retour à ma couleur de cheveux naturelle

J’ai eu 50 ans cette année, et très envie d’assumer mon âge. Un des aspects fondamentaux de mon féminisme, c’est le rejet du jeunisme, de la charge esthétique imposée aux femmes et de la corrélation baisabilité/estime de soi que j’observe chez tant de mes congénères dotées d’un utérus. Alors que c’est si reposant (et empouvoirant!) de s’affranchir de tout ça. 

L’arrêt de mon traitement contre l’endométriose

Je savais grâce à un dosage hormonal que je n’étais pas encore ménopausée, mais mon généraliste commençait à tordre le nez chaque fois qu’il renouvelait mon traitement, sous-entendant que les effets cumulatifs après 13 ans pouvaient devenir problématiques. J’ai rétorqué que crever de douleur une semaine par mois et avoir un risque accru de cancer de l’endomètre et des ovaires était tout aussi problématique de mon point de vue. Mais j’ai quand même tenté l’arrêt pour voir ce que ça donnerait. Mes règles ont mis un mois et demi à revenir. Elles sont encore plus abondantes qu’avant; néanmoins, pour l’instant, la douleur est supportable. J’ai tout de même gardé quelques plaquettes de Claréal Gé en réserve pour le cas où je voudrais reprendre mon traitement en attendant la ménopause. 

La rupture avec ma mère

Notre mésentente n’a fait que grandir depuis la mort de mon père. Je ne supportais plus ses jérémiades d’éternelle victime jamais responsable de rien dans sa propre vie, et surtout les horreurs qu’elle me balançait en trouvant ridicule que je m’en offusque. Son dernier mail m’a fâchée au point que je n’envisage même pas de lui reparler un jour. Je culpabilise un peu par rapport à ma soeur, mais c’est tout. 

Un sentiment de sécurité financière, enfin

En 2020, j’ai bossé sans prendre de vacances et pas investi un centime dans ce qui est d’habitude mon plus gros poste de dépense: les voyages et les sorties. A côté de ça, j’ai fini de rembourser le crédit de mon appartement, je suis désormais prélevée à la source pour mes charges sociales et je paye mes impôts sur le revenu en temps réel; du coup, j’ai pu mettre assez d’argent de côté pour rester un an sans travailler ni restreindre mon train de vie, ou deux ans en faisant hyper attention. Comme je viens de passer les 30 premières années de ma vie active à m’imaginer finissant sous les ponts au moindre problème, c’est assez reposant de me dire qu’en cas de pépin de santé ou de période de chômage technique, je n’aurai à tout le moins pas à me préoccuper de ma situation matérielle. 

De gros progrès en lâcher-prise et en acceptation des choses imparfaites

Ca faisait une éternité que je me disais qu’il faudrait vraiment que j’apprenne à lâcher prise, sans trop savoir comment m’y prendre. Je crois que la pandémie aura fait office de boot camp pour tou.te.s les maniaques du contrôle dans mon genre. Après deux ans de projets foutus en l’air à la dernière minute et d’avenir de plus en plus nébuleux, on devient forcément un peu fataliste, et on apprend à profiter de ce qui reste possible avec encore plus de reconnaissance qu’avant. Du moins, c’est mon cas. 

2 réflexions sur “9 choses que je retiendrai de 2021”

  1. Quel beau bilan! Finalement malgré le contexte 2021 aura été une année très riche pour toi! Bonne continuation en 2022, je suis déjà impatiente de te lire. Et j‘en profite pour te remercier pour tout ce que tu partages ici, c‘est enrichissant! Céline

  2. Je trouve ton année 2021 très riche humainement parlant. Tu peux être fière de toi: tu as pris des décisions difficiles, nécessaires à ta santé mentale.
    Je te souhaite la réussite professionnelle que tu as initiée cette année.
    Quant à ta rupture avec ta mère, pour ne pas trop culpabiliser, dis-toi que chaque parent as une capacité innée à être un parent pas trop nocif. Tu as des gens qui auront un niveau tellement bas qu'il ne faut vraiment rien espérer, malheureusement ta mère en fait partie.
    Prends soin de toi et que 2022 soit une belle année pour toi.

Les commentaires sont fermés.

Retour haut de page