Anne Fakhouri 1 – Neil Gaiman 0

Je suis entourée de gens géniaux.
Je sais: n’importe qui vous dira la même chose de ses potes, la plupart des gens ayant tendance à éviter de fréquenter ceux qu’ils prennent pour de sombres connards.
Mais moi, je vous rappelle que j’ai exceptionnellement bon goût.
Et par « géniaux », je n’entends pas juste « achement sympas ». J’entends « bourrés de talent que s’ils étaient pas aussi drôles et intéressants, j’aurais envie de les envoyer jouer dans un mixer ».
Ainsi, copine Anne.
Copine Anne a une très grande gueule. Copine Anne est catho pratiquante et capable de débiter de pures horreurs de l’air le plus sérieux du monde. Copine Anne a un mari répondant au doux sobriquet de Gorille qui pratique l’escrime et la couture, ainsi qu’une fille de trois ans surnommée La Malédiction qui, au lieu de les faire se battre, accouple entre eux ses chevaliers Playmobil. Et quand copine Anne n’est pas en train de donner des cours de français, de hanter les GN ou de jouer les marieuses et de se plaindre ensuite de la réussite de ses manigances, elle écrit des bouquins fantastiques dans les deux sens du terme.
Alors quelques mois plus tard, c’est normal, copine Anne est nominée pour le Grand Prix de l’Imaginaire en catégorie Roman Jeunesse. En même temps que Neil Gaiman avec « L’Etrange vie de Nobody Owens« . Excusez du peu.
Et le soir de la remise des prix, à votre avis, qui repart avec le GPI? Mmmh?



PS: Vu que l’an dernier, copine Jeanne avait reçu le prix Julia Verlanger et que ce serait dommage de gâcher un si beau winning streak, il serait bon que quelqu’un se dévoue pour casser la baraque l’an prochain. Ando, on compte sur toi.

Retour haut de page