La semaine en bref #271

Lundi:

★ Chouchou doit faire 4 pharmacies avant de trouver une pauvre boîte de Ritaline. Apparemment, il y a une rupture de stock chez le fournisseur. Espérons que ça ne durera pas: malgré ses effets secondaires, ce médicament lui apporte un énorme plus au quotidien.

Mardi:

★ L’éditrice à qui je viens juste de rendre une trad me propose pour plus tard « une série prévue en 7 tomes, à la croisée de Lemony Snicket et de Spiderwick, avec un ton à la Wednesday. Pas encore signée, mais en bonne voie. Si j’étais cruelle, je t’enverrais déjà le premier chapitre ». En pièce jointe de son mail, le premier chapitre – effectivement très intrigant. Ma réponse: « Tu es un monstre, je veux la suite, bisous ».

Mercredi:

★ En une demi-heure de conversation sur Skype, mon assureur me répète environ 132 fois: « Vous avez tout compris ». Je me retiens de lui répliquer que j’ai bien du mérite, avec des explications aussi confuses. Peut-être reste-t-il un espoir pour moi socialement parlant.

★ « Elle est à quoi, l’infusion maison? » « A la fleur d’oranger… » « Super, je vais prendre… » « …Et à la rose. » « …Plutôt une limonade, s’il vous plaît. »

★ Même en adorant le gras et le croustillant, je cale après deux des frites de halloumi du SemSom. Je vous laisse imaginer la facture calorique.

Jeudi:

★ Le mouvement social se poursuit chez Delhaize; notre magasin habituel est fermé, et il est hors de question que je retourne au Carrefour de l’enfer. Nous atterrissons donc dans un hyper d’Auderghem heureusement peu fréquenté, mais où je suis perturbée de ne pas trouver les mêmes produits que d’habitude, ou alors pas du tout au même prix. Au final, on ressort avec 4 jours de courses pour près de 90€, sans viande ni alcool. J’hallucine.

★ J’ai rapporté du piment d’Espelette de Toulouse parce que je pensais qu’on n’en trouvait pas ici. Erreur: il y en a. A 18,26€ les 62g. Je crois que je vais faire durer mon flacon.

Vendredi:

★ Pour ma toute première manucure pro, je teste le vernis semi-permanent, histoire d’être tranquille plusieurs semaines et d’avoir toujours de jolis ongles sur les photos. Je ressors très contente de l’accueil comme du résultat, et vous recommande le salon d’Anaïs (pas loin de la place Stéphanie, pour les Bruxelloises).

★ Le niveau sonore ahurissant au rez-de-chaussée du Plein Publiek m’offre l’occasion de tester mes bouchons Happy Ears. Verdict: ils sont vraiment très, très bien. Le bruit est divisé par 4 ou 5, mais on peut encore converser avec une personne qui se tient juste à côté. Et contrairement à mes bouchons précédents, ils ne me font pas du tout mal aux oreilles. Ils ne quitteront plus mon sac à main.

Samedi:

★ Il fait un temps de merde, et nous partons 3 jours en début de semaine prochaine. Ce week-end sera donc placé sous le signe du cocooning (et des corvées administratives, mais chut).

★ Chouchou ressort des archives son risotto aux pleurotes qu’il n’a pas fait depuis des années, et l’actualise en remplaçant l’huile de truffe par du miso blanc. MIAM.

Dimanche:

★ Je dois me rendre à l’évidence: impossible de fermer ce très beau corset steampunk acheté il y a 10 kilos et jamais porté depuis. Bouhou. Mais de toute façon, les bordures en imitation cuir tombent en flocons, et ce serait un cauchemar sensoriel à porter. Poubelle, aspirateur et regrets infinis.

★ Hier, j’ai pu suivre le match de finale de Darklulu en direct sur le site de la fédé, mais aujourd’hui la vidéo refuse de jouer. Jusqu’au 3ème tiers-temps où elle se décide à fonctionner, mais sans le son.

★ Champion de France pour la 2ème année consécutive. Vraiment, je n’aimerais pas être à sa place quand Parcoursup lui annoncera qu’il est pris en prépa et qu’il devra choisir entre ça et une carrière de hockeyeur pro.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut