Les conversations absurdes #34

CHOUCHOU: Ce qui était formidable dans les Sopranos, c’est qu’on montrait la vie de ces mafieux dans ce qu’elle avait de plus trivial. On les voyait à l’hôpital, au supermarché… 
MOI: Même les gangsters doivent se nourrir. 
CHOUCHOU: Non mais c’était pas « Le parrain », avec le type qui joue de la trompette derrière toi, quoi. 
MOI: En même temps, dans la vraie vie, si un type joue de la trompette derrière toi, c’est que tu es clairon dans un orchestre.

ERRATUM: Nekonezumi, qui travaille réellement dans un orchestre, me signale qu’en fait, devant le type qui joue de la trompette, il y aurait plutôt le clarinettiste.

2 réflexions sur “Les conversations absurdes #34”

Les commentaires sont fermés.

Retour en haut