"Un bruit étrange et beau" (Zep)

Depuis 24 ans, Don Marcus vit en reclus à la chartreuse de Valsainte avec huit autres moines qui, comme lui, ont fait voeu de pauvreté, de chasteté et d’obéissance. L’essentiel de son existence se déroule dans la solitude et le silence de sa cellule, et cela lui convient si bien que lorsqu’un décès dans sa famille le contraint à se rendre à Paris pour la lecture du testament, il commence par refuser avant que son supérieur ne lui fasse comprendre que l’argent de la défunte serait bien utile pour réparer le toit de l’aile sud. A contrecoeur, Marcus prend donc le train pour la capitale. Il y rencontre Mery, une jeune femme condamnée à brève échéance par une maladie cardiaque…

« Un bruit étrange et beau » aurait aussi pu s’appeler « La tentation de Marcus ». Sa tante trouvait qu’il gaspillait son existence en s’enfermant pour consacrer son existence à Dieu; son cousin pense que c’est une façon de rester un enfant et de laisser d’autres décider à sa place parce que le monde lui fait peur.  Marcus ne se justifie pas, mais rendu à la vie extérieure pendant quelques jours, il voit ressurgir les souvenirs qui se sont effacés durant sa longue réclusion et goûte la possibilité d’un amour des plus terrestres.

Par le biais de planches monochromes aux décors aussi épurés que ses dialogues, Zep dresse le beau portrait d’un homme qui suit un chemin à part, un homme dont la foi n’est pas inébranlable mais qui considère que croire est un choix sans cesse renouvelé (théorie intéressante que j’ai entendue pour la première fois le week-end dernier dans la bouche d’un moine bouddhiste). Ce n’est pas nécessairement le registre dans lequel on attend cet auteur surtout connu pour les frasques de son jeune héros Titeuf, mais pour une surprise, cette histoire humaine et profonde est une très belle surprise. A voir également: l’expo Open Museum, jusqu’au 31 octobre au Palais des Beaux-Arts de Lille.

J’ai reçu cette bédé de l’agence d’attachés de presse chargée de sa promotion, en échange d’un article. Ce qui ne change rien à la sincérité de mon avis. 

Retour en haut