Jusqu’à l’horizon et au-delà

Parce que la canicule m’empêche de bosser et que mon retard prend des proportions épiques, j’ai décidé d’inverser mon rythme de vie jusqu’à la fin de l’été. Hier, j’ai donc commencé ma journée de travail à 21h et l’ai finie à 2h du mat’. Puis je suis montée dans ma chambre pour bouquiner (« Eleven on top » de Janet Evanovich). Vers 3h30, après avoir mis ses joueurs dehors, Captain m’a appelée. J’ai éteint la lumière et me suis couchée dans le faisceau du ventilateur que je venais d’acheter exprès. Et comme toujours quand je parle avec Captain, je n’ai pas vu le temps passer. A un moment, j’ai réalisé que le ciel pâlissait et que les oiseaux commençaient à gazouiller. Je me suis mise à genoux sur mon lit, j’ai ouvert la fenêtre et regardé le jour se lever avec la voix de mon amoureux qui chuchotait dans mon oreille. Dehors, l’aube ressemblait à une promesse. A la fin du mois prochain, c’est allongés l’un contre l’autre que nous passerons nos nuits blanches. Au printemps, nous marcherons ensemble dans les rues de Prague. Après ça… Qui sait? Nous avons tout le temps du monde devant nous.

8 réflexions sur “Jusqu’à l’horizon et au-delà”

  1. C’est super érotique, génial… on s’y croirait… c’est mimi !
    Marche contre lui 😉

  2. Je cite
    « Quel genre d’homme/de femme n’êtes-vous pas ?
    – Une romantique »

    Mon oeil 😉

  3. Mais euuuuuuuuuuuuuh.

    En fait je me faisais la réflexion pas plus tard qu’hier. J’ai l’impression de vivre dans un film avec Meg Ryan. Misère.

Les commentaires sont fermés.

Retour haut de page